Isabelle Quentin

Usages, numérique, éducation, réseaux d'enseignants, MOOC

Pourquoi créer une Communauté de Pratique ?

Qu’est-ce qu’une Communauté de Pratique (CoP) ?

Dans son ouvrage la théorie des communautés de pratique, Wenger (2005), définit la CoP comme un groupe de personnes qui travaillent ensemble pour inventer des solutions locales aux problèmes rencontrés dans leurs pratiques professionnelles. Après un certain temps et au fur et à mesure que ces personnes partagent leurs connaissances, leurs expertises, ils apprennent ensemble. Il décrira par la suite les 3 dimensions fondamentales d’une pratique, celles qui contribuent à la cohérence d’une communauté :

  • Un engagement mutuel (mutual engagement) de la part de tous ses membres. Il est basé sur la complémentarité des compétences et sur la capacité de chaque membre de mettre en lien ses connaissances avec celles des autres. Les relations de cette structure sociale sont fondées sur la réciprocité, la confiance et l’ouverture.
  • Une entreprise commune (joint enterprise). Wenger souligne la nécessité de créer une entreprise commune au sein d’une communauté qui sera le sujet d’attention. Une entreprise commune ne se limite pas à accomplir un objectif ou un projet préalablement établi, mais recouvre davantage les actions collectives dans ce qu’elles ont d’immédiat comme la négociation, la révision, la confrontation des positions pour avancer dans la constitution d’un produit commun.
  • Un répertoire partagé (shared repertoire). Il s’agit de l’élaboration des ressources qui constituent la base pour l’action, la communication, la résolution de problèmes, la performance et la responsabilité. La création de ces ressources – des mots, des outils, des routines, des procédures, des gestes, des symboles, des concepts, des humours, … ainsi que des valeurs et des règles de fonctionnement que la communauté se propose de respecter – renforce le sentiment d’appartenance des membres, facilite la constitution de l’identité de la communauté, génère des connaissances nouvelles et coordonne l’activité.

A quoi sert une CoP en 9 points ?

La création de connaissances et la capacité à les transformer en compétences sont de plus en plus considérées comme des sources d’avantages concurrentiels. Le pouvoir dans les entreprises n’est plus détenu par celui qui possède la connaissance mais par celui qui sait partager et organiser la profusion d’informations. La CoP peut vous aider à :

  1. Formaliser la connaissance : La connaissance est une chose très personnelle. Elle naît dans le cerveau d’une personne et y reste stockée. Une CoP facilite les échanges entre ses membres ce qui permet d’aider à la formalisation de la connaissance.
  2. Capitaliser et partager la connaissance : une fois formalisée la connaissance pourra être capitalisée pour être partagée. La Cop crée une nouvelle dimension, davantage collective, où chaque collaborateur peut apporter sa contribution à l’intelligence de l’entreprise.
  3. Développer la culture de l’entreprise : La culture est un ensemble de croyances, de pratiques et de mythes communs à un groupe de personnes. Une forte culture d’entreprise se traduit par un engagement accru des collaborateurs et la réduction du temps de résolution des problèmes.
  4. Développer un sentiment de confiance entre les collaborateurs : Rien n’est plus difficile à mesurer et à entretenir que le sentiment de confiance. La confiance joue pourtant un rôle essentiel dans la qualité du travail collaboratif. Un niveau de confiance élevé se traduit par une bonne performance du groupe, qui elle-même contribue à la motivation des acteurs pour coopérer. On peut parler d’une véritable spirale de la confiance.
  5. Mobiliser toutes les compétences : Une Cop facilite la participation des acteurs situés à la périphérie du système (filiale éloignée du centre de l’entreprise, collaborateurs itinérants etc.) et leur permet de partager savoir et savoir-faire. La direction peut ainsi repérer des talents insoupçonnés jusque-là.
  6. Réduire les coûts et les risques : Les décideurs performants sont ceux qui consultent leurs collaborateurs pour les écouter et s’inspirer de leurs opinions.  Ces marques d’attention et de respect facilitent l’acceptation de la décision et sa mise en œuvre. Une CoP réduit le coût des consultations ainsi que les biais cognitifs.
  7. Rompre l’isolement : les entreprises sont aujourd’hui plus que jamais soumises à une forte pression sur les résultats. Cette forte pression se traduit par une mobilité de l’emploi, à un moindre attachement des collaborateurs à leur entreprise. La Cop diminue le sentiment de concurrence entre les collaborateurs et fait fructifier le capital social de l’entreprise.
  8. Intégrer plus rapidement les nouveaux collaborateurs : L’insertion dans une CoP permet au nouveau collaborateur d’acquérir plus rapidement les connaissances nécessaires tout en bénéficiant du feed-back bienveillant des anciens. Elle facilite la compréhension des règles implicites de fonctionnement en vigueur dans l’entreprise. Le nouveau collaborateur est ainsi plus rapidement opérationnel.
  9. Faciliter les transferts d’innovations ascendantes : En permettant à chacun d’exprimer en confiance leurs idées, de les confronter les unes aux autres, la CoP favorise les améliorations incrémentales voir les l’émergence d’innovations plus radicales si l’on laisse les idées neuves (extérieures ?) s’exprimer librement.
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 27 janvier 2012 par dans Articles, et est taguée , , .
%d blogueurs aiment cette page :