Isabelle Quentin

Usages, numérique, éducation, réseaux d'enseignants, MOOC

Les communautés en ligne : du siècle des lumières à Wenger

Depuis le siècle des lumières, il existe un large consensus sur l’idée que le développement des médias et de la liberté de communication sera la condition essentielle du progrès (Breton, 1995). L’émergence des technologies de communication est censée engendrer une « nouvelle » organisation, plus performante des relations sociales et professionnelles.

À la fin du XIXe siècle, la révolution industrielle marque le développement de l’industrialisation et la mise en œuvre de l’organisation scientifique du travail prônée par Taylor. L’homme de métier devient un homme bras, simple exécutant (Crozier & Friedberg, 1981). La fin des 30 glorieuses est marquée à la fois par les évènements de mai 1968 et les deux chocs pétroliers de 1974 et 1976. Il s’engage alors un mouvement de transformation dans les organisations et dans la gestion des ressources humaines. Les organisations sont à la recherche d’une plus grande productivité, censée être favorisée par la mobilité et la polyvalence des travailleurs, dans un contexte de chômage accru.

Comme pour les périodes précédentes, les années 2000 apportent leur lot de mutations. L’ouverture des marchés et le développement de l’Internet modifient la nature et la vitesse des échanges. L’accent est mis sur l’intelligence collective, la collaboration et sur le partage et la diffusion des connaissances. Pour Boutte  (2008), le professionnel doit non seulement être porteur de compétences techniques identifiées, mais il doit aussi être un praticien réflexif au sens de Schön (1993). La création de connaissances nouvelles et la capacité à les transformer en compétences sont de plus en plus considérées comme des sources d’avantages concurrentiels (Diani, 2002, Foray & Hargreaves, 2002, Gensollen, 2005). Les organisations doivent devenir plus souples, moins hiérarchiques. Leurs structures s’en voient impactées (Cohendet, Créplet et Dupouët, 2001) et de nouvelles entités apparaissent : les communautés en ligne. Elles favorisent la combinaison et/ou la création de connaissances (Wenger & Snyder, 2000) et permettent de ce fait de :

  • Rendre l’apprentissage plus facile 
  • formaliser et partager les référentiels « métier »
  • Intégrer plus rapidement les nouveaux collaborateurs et de les familiariser aux bonnes pratiques
  • Construire d’une intelligence collective qui aboutirait à la maîtrise d’un domaine d’expertise et à la mutualisation de ressources rares
  • Faciliter la résolution des problèmes
  • Enfin, elles seraient sources d’innovations incrémentales. L’innovation par les usagers répond elle aussi à une logique de performance (Von Hippel, 2006). Elle permet de réduire les coûts de transactions liées à l’asymétrie des informations qui caractérise les relations entre un producteur et un utilisateur (Jensen et Meckling, 1976).

Références

  • Boutte, J-L. (2008). De Taylor au KM, quelle(s) approche(s) de la compétence ? in revue Questions Vives La compétence et les nouveaux enjeux de la professionnalisation. Vol 5 N° 10. p 11.23.
  • Breton, P. (1995). L’utopie de la communication. Le mythe du village planétaire. La découverte. Paris.
  • Cohendet, P., Créplet F., Dupouët O. (2006). La gestion des connaissances, firmes et communautés de savoir. Economica. Paris.
  • Crozier, M.,  Friedberg, E. (1981). L’acteur et le système. Seuil. Paris
  • Diani, M. (2002). «Connaissance et performance économique: une nouvelle vision de la firme basée sur la connaissance». In actes du colloque Interdisciplinarité et incertitude. Aix-en-Provence, 27 septembre 2002.
  • Foray, D., Hargreaves, D. (2002).  “The development of knowledge of different sectors: a model and some hypotheses”. A paper prepared for the « Knowledge Management in Education and Learning forum. 18-19 March 2002. Randolph Hotel, Oxford. http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.136.3730&rep=rep1&type=pdf
  • Gensollen, M. (2006). «Les communautés en ligne : échanges de fichiers, partage d’expériences et participation virtuelle».  Revue Esprit, n°324. p. 179-194.
  • Schön, D. (1993). Le praticien réflexif. A la recherche du savoir caché dans l’agir professionnel. Logiques, Montréal.
  • Von Hippel, E. (2006). Democratizing Innovation. MIT Press, 2006.
  • Wenger, E., Snyder, W. (2000). “Communities of practice: The organizational frontier”. Harvard.  Business Review. 78(1).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 3 février 2012 par dans Articles, et est taguée , , .
%d blogueurs aiment cette page :