Isabelle Quentin

Usages, numérique, éducation, réseaux d'enseignants, MOOC

Teaching 2030 : constats et préconisations pour l’éducation en 2030

Ce livre collectif rassemble une série de propositions émises par le groupe d’enseignants TeacherSolutions 2030. Ce groupe est constitué à la fois d’enseignants très expérimentés et d’enseignants novices. Ils ont réfléchi ensemble à leur métier, aux difficultés qu’ils éprouvent et proposent un certain nombre de pistes pour une évolution du système éducatif qu’ils jugent gagnante-gagnante. Pour les auteurs de cet ouvrage, le système éducatif américain est inefficace pour les élèves et décourageant pour les enseignants. Le manque de clarté et de rigueur des différentes politiques éducatives et les contrôles basés sur des éléments quantitatifs ont contraint les enseignants à la fois dans leur développement professionnel mais aussi dans leur capacité d’innovation. Les auteurs se placent dans une vision résolument optimiste. Pour eux, le système pourrait être nettement amélioré dans les années à venir. Ils identifient 4 réalités émergentes qui pourraient préfigurer des changements possibles :

1ère réalité émergente : Un nouveau curriculum et de nouvelles manières d’apprendre grâce aux technologies numériques

Aujourd’hui la plupart des élèves qui quittent prématurément le système scolaire le font parce qu’ils s’ennuient en classe. Les enseignants doivent adapter leurs pratiques pédagogiques aux nouvelles façons d’apprendre : jeux en ligne, communautés de pairs et compétences informationnelles. Les élèves doivent dès le plus âge acquérir les bases de la littératie informationnelle (trouver, sélectionner, stocker, synthétiser l’information et communiquer). L’enseignement devra veiller à développer un esprit critique pour tous les élèves. Les tests tels qui sont mis en œuvre aujourd’hui ne sont pas productifs. Ils sont axés sur les seuls éléments quantitatifs. Les apprentissages ne sont pas connectés avec la réalité. Leurs résultats ne sont pas fiables. Leur poids dans la formation et sur l’évaluation des écoles et des enseignants eux-mêmes fait qu’ils réduisent le temps passé à former les élèves à l’exploration et à la réflexion. Les enseignants pourront se regrouper en communautés professionnelles pour se former entre pairs et échanger des ressources et des pratiques professionnelles.

2ème réalité émergente : un monde connecté

Le développement de l’enseignement à distance (FAD) va permettre de personnaliser davantage les apprentissages et de favoriser la métacognition grâce au feed-back. Les environnements technologiques pour la FAD devront évoluer car pour l’instant, ils sont encore trop souvent construits comme une métaphore de la classe traditionnelle. Les futures FAD devront s’appuyer sur les technologies et les principes des jeux massivement multi-joueurs et sur les derniers résultats des théories neuronales. Lorsque ce sera le cas, la FAD sera très performante, elle permettra aux élèves d’apprendre à résoudre des problèmes complexes et à simuler en toute sécurité et réalisme des situations proches du réel. Néanmoins, les élèves auront toujours besoin d’enseignants pour les guider vers les bons choix de formation et dans leurs apprentissages pour que le système puisse fonctionner. Par ailleurs, les évolutions prévisibles en matière économique, sociale et de santé font que l’on peut penser qu’en 2030, la plupart des élèves souffriront de maladies chroniques (dues notamment à la pollution) et de situation sociales et économiques très difficiles (montée du chômage et baisse des allocations). Les enseignants auront comme rôle d’apprendre aux élèves et surtout à ceux qui seront les moins favorisés à survivre dans un monde devenu hostile.

3ème réalité émergente : Gagner plus en travaillant mieux

Le système actuel de recrutement et de rémunération est inefficace. Les jeunes enseignants commencent leur carrière dans des écoles difficiles d’où un taux de démission extrêmement important au cours des 2 premières années. Les enseignants brillants et expérimentés ne sont pas reconnus comme tels et soit ils finissent aussi par démissionner pour embrasser une carrière plus valorisante et plus rémunératrice dans le secteur privé, soit ils quittent la classe pour accéder à des fonctions administratives (telles que directeur d’école). Le système doit reconnaître l’expérience et les résultats qualitatifs obtenus avec les élèves et créer un système de gestion de carrières qui permettent aux enseignants d’évoluer tout en restant devant les élèves. De plus, le métier va se complexifier : FAD, gestion de communauté. Il faut prévoir un socle de base et différentes spécialisations.

4ème réalité émergente : De nouvelles voies de transferts des innovations pédagogiques

Les enseignants (leaders) pourraient prendre une double casquette et devenir Teacherpreneurs. Ils pourraient partager leur expérience en concevant et en distribuant sur le marché des ressources professionnelles. Il ne s’agit pas de fournir des ressources pré formatées à l’instar des manuels scolaires. Ces ressources, constituées d’échanges de pratiques de classe seront utiles à la communauté enseignante pour identifier et mettre en œuvre des solutions pertinentes pour répondre aux besoins des différentes catégories d’apprenants. Elles faciliteront l’organisation d’une démarche cohérente pour assurer une formation mixte (à distance et en présentiel).  Enfin, les Teacherpreneurs faciliteront les transferts d’innovations, la co-formation au sein de réseaux professionnels ou de communautés de pratiques. Ces communautés pourront faire le lien avec la recherche et obtenir l’écoute des décideurs politiques.

Pour les anglophones un résumé en image réalisé par CTQ :

Les 6 leviers de changement

  • Changer l’image de la profession : Les changements viendront de la capacité des enseignants leaders à communiquer. Il faut faire évoluer l’image du métier et ce pour les différentes parties prenantes du système éducatif : les parents, les élèves, les responsables administratifs, les décideurs. Ce sera long et difficile mais indispensable pour amorcer le changement et sortir de la politique actuelle perdant-perdant.
  • Repenser le système de financement de l’éducation : Il faut envisager de faire appel à des prestataires privés et s’assurer que le financement est bien utilisé pour réduire la fracture sociale. Les écoles accueillant les catégories d’élèves en grande difficulté doivent pouvoir embaucher et payer les enseignants les plus expérimentés. Il faut réduire le nombre d’administratifs qui ne sont pas devant les élèves (principaux et directeurs d’écoles devraient assurer une partie de leur service devant les élèves) et davantage investir pour la formation des enseignants. Enfin, dans le système fédéral des États-Unis, il faut réduire les inégalités de financement entre les États.
  • Repenser les tests vers un système plus qualitatif et plus juste : Les tests doivent être améliorés devenir plus équitables et rendre compte des apprentissages réels des élèves. Ils doivent prendre en compte des éléments qualitatifs tels que le développement de la pensée critique et la capacité à résoudre des problèmes complexes. Enfin, ils doivent tester les bonnes compétences (celles utiles à l’âge du numérique).
  • Repenser la formation des enseignants : L’enseignement étant un métier complexe, les universités doivent améliorer la qualité de la formation des futurs enseignants. Comme pour les futurs médecins, cette formation devra être sanctionnée par un examen de haut niveau attestant des compétences du futur enseignant.
  • Repenser les conditions de travail des enseignants : Les enseignants débutants devraient durant 2 ans bénéficier d’une réduction de service. Par ailleurs, l’ensemble des tâches nécessaires pour concevoir les formations, les dispenser et se former devront être prises en compte dans le service des enseignants tout au long de leur carrière.
  • Transformer les syndicats d’enseignants en guildes professionnelles : Aujourd’hui, il n’y a pas assez de liens entre les actions des syndicats et l’amélioration des apprentissages des élèves. Les syndicats professionnels devraient se transformer en guildes. Ils continueraient à défendre les intérêts des enseignants mais aussi ceux des élèves et de leurs parents. Ils devraient porter l’idée du service public, gage de démocratie pour un État.

Référence

Barnett Berry & TeacherSolutions 2030 Team (2011). Teaching 2030, what we must do for our students and our pubic schools… now and in the future. New York: Teachers College Press, 254 p.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 7 mai 2012 par dans Articles, et est taguée , .
%d blogueurs aiment cette page :