Isabelle Quentin

Usages, numérique, éducation, réseaux d'enseignants, MOOC

Quelques scénarios pour l’éducation en 2020 et après …

Je vous propose un résumé d’un rapport de prospectives sur l’éducation de 2007 financé par Futurelab. Les auteurs soulignent que malgré la difficulté de faire des prédictions correctes, imaginer les possibles permet de prendre aujourd’hui les bonnes décisions pour demain. Les auteurs proposent ainsi un certain nombre de scénarios basés sur le développement des technologies numériques et de leur intégration probable en contexte éducatif. Il s’agit donc d’un point de vue technophile.

Les technologies numériques seront embarquées

Les technologies embarquées seront dans la plupart des objets de notre quotidien. Ces objets pourront communiquer entre eux et avec nous. Les objets visibles (PM3, PDA) deviendront invisibles (cachés dans des lunettes, ceintures…). Ces objets seront interconnectés entre eux et avec nous. Ils envahiront l’école puisque plus rien ne sera fabriqué autrement. La pensée devra être reconsidérée sous l’angle d’une activité distribuée et l’intelligence mesurée en fonction de la capacité à utiliser les objets numériques. Les systèmes éducatifs devront donc réfléchir à qui (la personne, la personne et ses outils) s’adresseront les futurs tests et sur quoi (les connaissances, les compétences, la manière d’utiliser les outils) ils porteront.

Les technologies digitales seront partout

L’environnement s’adaptera en temps réel à nos sentiments, émotions ou désirs Les bâtiments des nouvelles écoles seront construits pour faciliter la communication entre les objets numériques, les différents espaces et les personnes. Les enseignants pourront bénéficier de la simulation de situations complexes pour accompagner leurs pratiques pédagogiques. Les enseignements seront davantage personnalisés (des informations différentes pourront être projetées sur un même tableau en fonction des besoins de chaque élève). L’école deviendra un sanctuaire protégé par des systèmes de contrôle d’accès.

Tout sera connecté sur le réseau

Dans les pays développés, l’information sera disponible partout et accessible depuis n’importe où. Cela aura une incidence sur le lieu « école ». Quelles seront les nouvelles pratiques seront mises en œuvre par les enseignants et par leurs élèves si le savoir n’est plus centralisé en un même endroit ?

Les points de vue des technophiles et des concepteurs d’environnements technologiques

Des processeurs plus performants

Il sera possible de réaliser des choses beaucoup plus complexes depuis n’importe quel outil personnel du fait de l’amélioration des processeurs. Les processeurs de 2020 permettront de nouvelles approches dans les apprentissages et pour l’enseignement. Chacun pourra bénéficier de matériels peu onéreux et très performants. L’école devra réfléchir à une exploitation pertinente de ces objets numériques.

Le stockage des informations

Il sera possible de stocker d’énormes quantités d’informations pour un prix très modique. Nous pourrons nous affranchir des matériels de stockage (disque dur) en faveur d’espaces protégés sur le réseau. Le concept de capacité de stockage illimité pose des questions importantes à propos des compétences et des capacités que devront acquérir les futurs élèves. La mémoire va devenir une compétence obsolète au profit de la capacité à synthétiser l’information.

La sécurité sera renforcée

Le système ne marchera pas sans la confiance des utilisateurs. L’absence de sécurité est souvent considérée comme un frein à une utilisation des technologies en éducation. Quelles informations doivent être rendues accessibles ou doivent être bloquées et pourquoi ? Cela pose des questions d’ordre éthique sur lesquelles les États devront se pencher.

Les interfaces des machines seront de plus en plus naturelles, transparentes et invisibles.

L’éducation sera libérée des contraintes du papier et du crayon. Il faudra donc se reposer la question de ce qui sera important d’apprendre. Les apprentissages pourront s’appuyer sur des simulations et des procédures d’essais erreurs en immersion. Il va se poser la question de la place de l’écriture dans la structuration de la pensée.

Les éléments clés à prendre en compte pour l’Education

Les changements de technologies obligeront à se questionner sur ce que devront apprendre et être capable de faire les élèves. Quelles devront être les nouvelles compétences des citoyens (y compris éthiques, émotionnelles et spirituelles) ? Que deviendra le monde si la fracture numérique des PMA perdure ? Quels seront les nouveaux droits de l’homme dans un monde d’hyper-surveillance, d’hyper-connectivité et d’identification biométrique ?

Les auteurs remarquent un manque d’investissements en recherches en sciences de l’éducation (UK). Ceci empêche d’imaginer des modèles pour débattre des futurs en éducation. Les États pourront-ils faire face et compenser les inégalités d’accès au numérique. Le fait que les outils numériques soient indispensables aux apprentissages pourrait être remis en cause au nom de la justice sociale.

Référence

Futurelab (2007). 2020 and beyond Future scenarios for education in the age of new technologies. Open Education Series, 40 p.

Un commentaire sur “Quelques scénarios pour l’éducation en 2020 et après …

  1. Pingback: Quelques scénarios pour l'éducation en 2020 et après … | Isabelle ... | Prospective & éducation | Scoop.it

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 15 juin 2012 par dans Articles, et est taguée , , .
%d blogueurs aiment cette page :