Isabelle Quentin

Usages, numérique, éducation, réseaux d'enseignants, MOOC

Les réseaux en ligne d’enseignants, des fonctionnements sous tensions

La plupart des enseignants utilisent aujourd’hui les technologies de l’information et de la communication dans un cadre professionnel. Ces utilisations peuvent être individuelles (recherche de documentation, conception de cours) mais aussi collectives.

Pour soutenir les utilisations collectives certains enseignants choisissent de se regrouper au sein de réseaux en ligne qui fonctionnent grâce aux technologies dites du Web Social (forum, wikis ou réseaux sociaux…). En France, les réseaux professionnels en ligne rassemblent des enseignants de tous les niveaux d’enseignements, du primaire au supérieur et concernent la plupart des disciplines scolaires. Certains d’entre eux, bénéficient d’une forte audience ce qui laissent penser qu’ils répondent (au moins en partie) à certaines attentes des enseignants. Ainsi, à titre d’exemple, le site Internet de Sésamath1 reçoit chaque mois plus d’un million de visites et les manuels produits et diffusés par ce réseau auraient capté près de 15 % du marché des manuels scolaires de mathématiques (Sere & Bassy, 2010, p.46).

J’ai consacré ma thèse à l’étude du fonctionnement de ces réseaux. Les groupes d’enseignants, pris dans un sens large qui englobe les communautés de pratiques ou les listes de discussion par exemple, sont des organisations complexes à étudier (Grossman & al, 2001) notamment parce qu’elles évoluent sans cesse selon des dynamiques au cœur de différentes tensions (Barab & al, 2004, Quentin, 2012). Comprendre en profondeur leur fonctionnement nécessite d’identifier les tensions à l’origine des évolutions ou changements de trajectoires. Ces évolutions sont rarement linéaires. Elles émergent le plus souvent à la suite de dissensions, parfois de ruptures, entre les membres des réseaux, autant d’éléments difficiles à montrer à un chercheur venu de l’extérieur. Pour y parvenir, j’ai mis en œuvre des observations participantes sur des temps suffisamment longs pour parvenir à gagner la confiance des acteurs impliqués et percevoir les changements de trajectoires.

Ces observations participantes m’ont permis de formuler un certain nombre d’hypothèses sur le fonctionnement des réseaux d’enseignants, hypothèses que j’ai cherché à confirmer ou à infirmer en mettant en œuvre des processus ciblés d’analyses. Parmi eux, l’analyse des contenus d’entretiens semi-directifs (N= 28) menés auprès d’enseignants impliqués dans différents réseaux en ligne et les tris à plat des réponses à des questionnaires postés en ligne (N= 111) a montré qu’il n’existe pas un mais des types de fonctionnement.

Parmi ces types de fonctionnement, deux (le bac  sable et la ruche) sont situés aux deux extrémités d’un continuum formé par la nature des règles mises en œuvre (tension entre souplesse et contraintes) et des types de production (tension entre individualité et collectivité).

L’organisation de type bac à sable

bacasableLes réseaux de type bac à sable fonctionnent avec des règles souples et souvent implicites. Dans ce type de réseau, les enseignants rassemblent pour les mutualiser des collections de contributions individuelles. Les membres échangent entre eux sur une grande variété de sujets et à tout moment. Par exemple, dans le réseau Pedago 2.0, il n’existe pas de règles explicites qui déterminent comment et quand utiliser les différentes technologies du Web 2.0 disponibles sur le réseau. Les membres publient des billets sur des blogs (hébergés sur le site du réseau). Ils échangent simultanément sur ​​un forum, dans des groupes de travail et sur Twitter. De plus, les ressources, les discussions et les commentaires sont publiés sans règle spécifique (métadonnées, mots clés etc.).

Un réseau d’enseignants de type bac à sable se définit par la liberté laissée à ses membres. Les contributeurs construisent le réseau au fur et à mesure de leurs propres interactions.

L’organisation de type ruche

rucheLes réseaux de type ruche s’organisent autour de règles de fonctionnement strictes afin de parvenir à réaliser des tâches complexes soumises à des contraintes fortes. La production est contrôlée et les tâches sont réparties et planifiées. Dans l’organisation de type ruche, les productions sont collectives et organisées autour d’objectifs clairement définis. Les règles de fonctionnement sont explicites et chaque acteur se voit attribuer une ou plusieurs tâches spécifiques. Par exemple, pour le projet SESâme du réseau APSES, 30 membres se sont engagés anonymement dans le projet. Les activités de ces 30 acteurs sont très cadrées. Chaque chapitre du manuel doit être conçu par au moins deux enseignants et révisé par au moins deux examinateurs. Un examinateur ne peut pas être simultanément concepteur pour éviter les conflits d’intérêt. Enfin, l’avis d’un spécialiste (souvent un universitaire) doit intervenir avant le processus de publication.

Dans les réseaux organisés selon le modèle de la ruche, le collectif prime sur l’individu.

Bibliographie

Barab, S.A. Makinster, J.G. Scheckler, R. (2004). Designing system dualities: Characterizing an Online Professional development community. In Barab, Kling, Gray (dir). Designing for virtual communities in the service of learning. Cambridge. Cambridge University Press. p.53-90

Quentin, I. (2012). Les réseaux d’enseignants, quels types d’organisation ? In actes du colloque JOCAIR,. Amiens, septembre 2012, p.181-190 .

Séré, A. Bassy, AM. Le manuel scolaire à l’heure du numérique. Une nouvelle donne de la politique de ressources pour l’enseignement. Rapport de l’Inspection générale de l’Éducation nationale, juillet 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 24 décembre 2012 par dans Articles, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :