Isabelle Quentin

Usages, numérique, éducation, réseaux d'enseignants, MOOC

Les personas : une brève présentation de la méthode

La méthode des personas cherche à répondre aux deux enjeux auxquels la psychologie ergonomique est, aujourd’hui, confrontée :

  • Concevoir des outils et des services pour des millions d’utilisateurs géographiquement dispersés
  • Anticiper les besoins d’utilisateurs qui émergent parallèlement au développement de nouvelles technologies.

Bornet & Brangier (2013) exposent et synthétisent les principes qui sous-tendent cette méthode. Le principe n’est pas de prévoir l’activité future des utilisateurs, mais d’envisager certaines formes possibles de l’activité future. Ainsi, un persona se conçoit comme est une aide à la représentation des connaissances relatives aux utilisateurs futurs. Il est avant tout un outil intellectuel médiateur. Grudin (2006) souligne que la méthode des personas peut être considérée un outil clé des concepteurs de produits et de services innovants dans la mesure où elle donne des résultats davantage ancrés dans la réalité psychologique et physique que la méthode des scénarios.

La méthode des personas est basée sur l’apprentissage mutuel et la coopération entre les utilisateurs et les concepteurs de produits et de services. Elle conduit à la rédaction de fiches. Dans ces fiches, chaque persona doit être décrit précisément afin de le rendre le plus humain possible. Chaque fiche doit ainsi présenter :

  • L’identité (fictive) du persona : son nom, sa photo ou son image, son genre, son âge, sa situation familiale, etc.
  • Le comportement et les attitudes du persona par rapport au produit ou au service
  • Ses valeurs, ses croyances, ses ambitions personnelles
  • Ses buts et ses besoins
  • Le contexte d’usage dans le lequel le produit ou le service sera utilisé

Afin d’identifier les profils de personas, le chercheur doit repérer parmi les futurs utilisateurs ou néo utilisateurs du produit ou du service les objectifs communs à certains groupes, les variables clés qui définissent ces groupes et les modèles comportementaux des individus qui composent les groupes ainsi formés. Pour cela, le chercheur peut se baser sur des données issues de l’observation ou de l’analyse de contenus d’entretiens. Il peut également s’appuyer des données indirectes telles que les études de marché.

Le nombre de personas doit rester imité (entre 3 et 7) afin que chaque persona soit facilement distinguable des autres et qu’aucun d’entre eux ne se chevauchent.

Pour mieux comprendre, voici ci-dessous un exemple fictif de persona publié sur le site Internet MasterWebInfo[1]

Figure 1 : un exemple fictif de persona

Sans titreRéférence :

Bornet, C., Brangier, E. (2013). La méthode des personas : principes, intérêts et limites. Bulletin de psychologie, 2013/2 Numéro 524, p. 115-134. DOI : 10.3917/bupsy.524.0115

Grudin, J. (2006). Why personas work: the pschological evidence. In Pruitt, J. & Adlin The Persona Lifecycle: Keeping People in Mind throughout Product Design. Morgan Kaufman Publishers, San Francisco, p.643-665


[1] Consultable à l’adresse http://glossaire.infowebmaster.fr/persona/

Un commentaire sur “Les personas : une brève présentation de la méthode

  1. Pingback: Lu cette semaine (weekly) | relation, transformation, partage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 6 novembre 2013 par dans Articles, Méthodologie, et est taguée , , .
%d blogueurs aiment cette page :