Isabelle Quentin

Des réseaux en éducation aux MOOC

Critiques des typologies de MOOC


Depuis 2012, plusieurs équipes de chercheurs proposent des typologies ou des cadres descriptifs de MOOC. Leur objectif est de faciliter les comparaisons entre les MOOC. Sans prétendre à l’exhaustivité, voici quelques propositions de typologies de MOOC suivies d’une courte critique.

Les typologies basées sur les choix pédagogiques des concepteurs de MOOC

  • Les travaux de Daniel (2012) : Il distingue les MOOC selon deux catégories établies en fonction des choix pédagogiques des concepteurs. Les cMOOC sont basés une théorie de l’apprentissage, le connectivisme. Cette théorie a été développée par George Siemens et Stephen Downes. Elle met en avant le rôle des technologies du web participatif comme facilitateurs des échanges, la production collective et l’auto-organisation des apprenants. Les XMOOC sont des MOOC portés par des concepteurs qui ont fait le choix de s’appuyer sur d’autres théories de l’apprentissage telles que le connectivisme (cognitivisme,  constructivisme voire pour certains du béhaviorisme).
  • Les travaux de Lane (2012) : Lane distingue ainsi les xMOOC (MOOC centré sur le contenu proposé aux apprenants), les tMOOC (MOOC centrés sur les tâches à réalisé par les apprenants) et les cMOOC (MOOC centrés sur les échanges entre les participants).

Ces deux typologies présentent l’avantage de la simplicité. Cependant dans un MOOC conçu sur le modèle d’un xMOOC, on peut tout-à-fait imaginer que les participants décident de créer des lieux d’échanges et s’organisent afin de produire collectivement les tâches demandées. Les résultats issus de l’analyse de discours d’apprenants de MOOC (Quentin, à paraître) montrent que les apprenants sont peu nombreux à reprendre la dichotomie x et c afin de décrire les MOOC qu’ils ont suivis. Ils mettent en avant que les technologies du web participatif leur permettent d’échanger facilement entre eux, notamment en utilisant les réseaux sociaux et ce même si cela n’a pas été prévu par les concepteurs.

Les typologies basés sur les typologies conçues pour décrire les formations hybrides

  • Les travaux de Rosselle & al (2013) : Ces auteurs proposent une typologie bâtie à partir de résultats issus de travaux de recherche visant à caractériser les dispositifs de formations hybrides. Ils s’appuient sur les résultats du projet Hy-Sup et inscrivent explicitement leurs travaux dans le champ disciplinaire des EIAH. Ils proposent de distinguer six types de MOOC (la scène, l’écran, le cockpit, l’équipage, l’espace public et l’écosystème).

Baser une typologie de MOOC en partant de résultats concernant les dispositifs de formations hybrides me questionne. Hybride, signifie qu’une partie de la formation se déroule en présentiel. Or, les MOOC sont très (souvent) organisés pour fonctionner entièrement à distance. Par ailleurs, les MOOC ont des caractéristiques qui me semblent tout à fait particulières et qui les distinguent des dispositifs de formation hybrides. Ils sont massivement ouverts. Leur public est difficilement identifiable a priori ce qui n’est souvent pas le cas des formations universitaires qui imposent l’obtention de diplômes avant toute inscription. Le très grand nombre d’apprenants (jusqu’à plusieurs milliers) rend quasiment impossible le tutorat. Il impose également de mettre en œuvre des modalités d’évaluations spécifiques (par les pairs ou par les machines). Les MOOC sont (pour l’instant) des formations non diplômantes. Ils ne sont pas sanctionnés par des diplômes reconnus par les universités. Cependant, les certificats qu’ils délivrent à leurs participants peuvent d’ors et déjà être reconnus dans le monde professionnel.

Les typologies basées sur les caractéristiques spécifiques des MOOC

  • Les travaux de Gilliot & al (2013). Ces auteurs proposent de distinguer les MOOC en fonction du degré d’ouverture (de liberté) offert aux participants. Ils prennent en compte le premier O de l’acronyme MOOC. Pour ces auteurs, l’ouverture se caractérise par la souplesse laissée aux apprenants par les concepteurs sur les objectifs d’apprentissage, sur le choix des ressources, en matière d’organisation des activités d’apprentissage, d’organisation du travail. Ils distinguent ainsi les xMOOC dans lesquels tout est imposé aux participants, les cMOOC (tout est libre) et les iMOOC dans lesquels la démarche d’investigation est facilitée, les apprenants restant libres de choisir leurs ressources, de s’organiser comme ils le souhaitent pour réaliser les tâches demandées.

Ces travaux présentent l’intérêt de s’appuyer sur l’une des caractéristiques spécifiques des MOOC. Ils mériteraient d’être complétés en prenant en compte les autres caractéristiques des MOOC : l’ouverture massive à des participants venus de tout bord, la non captivité des participants, le caractère non institutionnel des certificats de MOOC etc.

Les typologies basées sur un ensemble de points de vue hétérogènes

  • Les travaux de Clark (2013) : il distingue huit types deMOOC différents. Ces huit typologies de MOOC sont basées sur des éléments de différentes natures :
    • Les deux premières catégories sont basées sur les intentions pédagogiques des concepteurs. Pour les transferMOOC, il s’agit de cours déjà existants et intégrés à une plateforme de MOOC. Leurs concepteurs comptent sur le renom de l’enseignant et sur celui de l’université porteuse pour attirer les apprenants. Pour les madeMOOC, les tâches à réaliser par les apprenants sont ouvertes, les échanges et les évaluations entre pairs sont encouragées.
    • Les trois suivants portent sur les choix organisationnels des concepteurs. Les synchMOOC sont des MOOC synchrones, avec des dates fixes pour le début du cours, la fin du cours et le rendu des devoirs. Les asynchMOOC sont des MOOC asynchrones sans dates fixes (ou avec des dates fréquentes) de début et de fin, et avec des périodes plus souples pour rendre les devoirs. Enfin, les miniMOOC sont des MOOC très courts.
    • La catégorie suivante est liée à la technologie utilisée dans le MOOC. Les adaptiveMOOC sont des MOOC qui utilisent des algorithmes adaptatifs pour proposer des expériences d’apprentissage personnalisées.
    • Enfin, la dernière catégorie est basé sur un usage des apprenants. Les groupMOOC sont des MOOC organisés autour de petits groupes d’apprenants qui communiquent et réalisent ensemble les tâches demandées.

Toutes ces catégories n’abordent pas les MOOC du même point de vue et chaque catégorie peut se chevaucher avec une autre. En effet, rien n’empêche, par exemple, un MOOC d’être à la fois très court, synchrone et  basé sur la transmission de cours déjà existants.

Finalement créer une typologie de MOOC est une tâche complexe. Selon le point de vue ou le champ disciplinaire auquel les auteurs se réfèrent, les typologies existantes rendent compte d’une partie de la « réalité » des MOOC. Ceci m’a conduit à réfléchir à d’autres pistes.

Vers d’autres pistes complémentaires :

Une typologie à partir des activités proposées aux participants

Bien avant les théories de l’apprentissage mises en oeuvre, ce qui importe à l’apprenant, ce sont les activités qui lui seront proposées. Devra t-il visionner des vidéos, produire seul ou collectivement des travaux, sera-t-il évalué par une machine (quiz) ou par ses pairs etc. De mon point de vue, un cadre descriptif de ce type permettrait aussi aux apprenants de choisir le MOOC qui répondra le mieux à leurs attentes.

Une typologie basée sur une analogie avec les réseaux sociaux

La plupart des auteurs ayant publiés des articles sur les MOOC, insistent sur l’importance des échanges entre participants sur les réseaux sociaux. La participation active dans un MOOC est présentée par certains apprenants comme un moyen de développer leur réseau professionnel et d’améliorer leur notoriété (Quentin, à paraître). Cette participation ne dépend pas toujours des choix des concepteurs et peut être décidée directement par les apprenants. Ils peuvent choisir d’utiliser les comptes de réseaux sociaux « officiels » créés par les concepteurs de MOOC ou d’en créer d’autres. Une autre manière de décrire un MOOC seraient de prendre en compte cette caractéristique et de ne plus les analyser seulement comme des dispositifs de formation mais comme des réseaux sociaux. Nous pourrions alors utiliser des méthodes d’analyse des structures relationnelles dans un réseau social (Lazega, 2007). Nous pourrions également nous appuyer sur les propositions de typologie du web participatif (par exemple, le design de la visibilité proposée par Cardon en 2009) pour décrire certains usages de participants de MOOC.

Références

Cardon, D. (2009). Le design de la visibilité. Réseaux, (6), 93-137.

Clark, D. (2013). MOOC: taxonomy of eight types of MOOC (blog post), Donald Clark Plan B (blog post), http://donaldclarkplanb.blogspot.co.uk/search?q=MOOCs:+taxonomy

Daniel, J. S. (2012). Making Sense of MOOC: Musings in a Maze of Myth, Paradox, and Possibility (MOOC research paper) http://www-jime.open.ac.uk/article/2012-18/

Gilliot, J.-M., Garlatti, S., Rebai, I., & Belen-Sapi a, M. (2013). Le concept de iMOOC pour une ouverture maîtrisée). In Rosselle, M. & Gilliot, J.-M., actes de l’atelier MOOC, à EIAH’2013, 28/05/2013, Toulouse (France), http://ateliermooceiah2013.wordpress.com/

Lane, L. (2012). Three kinds of MOOC, Lisa’s (online) teaching blog (blog post), http://lisahistory.net/wordpress/2012/08/three-kinds-of-moocs/

Lazega, E., Réseaux sociaux et structures relationnelles, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2007 (1re éd. 1998).

Rosselle, M., Caron, P. A., & Heutte, J. Prémisse d’une typologie et des principales dimensions d’un cadre de description pour les MOOC, http://eda.shs.univ-paris5.fr/jocair_2014/atelier_2/Roussel_Caron_Heutte.pdf

41 commentaires sur “Critiques des typologies de MOOC

  1. Pingback: ITyPA : Le MOOC dont vous êtes le héros | Mooc-info.net

  2. Pingback: Analyse/typologie | Pearltrees

  3. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | Articles Moo...

  4. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | MOOC univers...

  5. Jean-Marie Gilliot
    2 septembre 2014

    Bonjour Isabelle,
    intéressant de voir une analyse préparatoire publiée dans un blog.

    Sur ton résumé des travaux de Daniel, il me semble qu’il y a une coquille.
    concernant Clark, il me semble qu’il reprend les axes de Lane en reformulant.

    Par ailleurs, je ne te suis pas sur ta critique de Rosselle. L’idée est de reprendre un cadre existant, certes dans un autre contexte, qui justement identifie la richesse des activités proposées aux apprenants. Cela est donc un point d’entrée pour la piste « activités ».

    Je suis par ailleurs tout à fait d’accord avec toi sur le fait qu’il faut appliquer d’autres modèles pour évaluer la richesse d’un tel dispositif. L’axe réseau social en est un majeur.
    Au delà de l’analyse d’un MOOC, nous avons par ailleurs identifié la migration d’un MOOC à l’autre. C’était particulièrement prégnant sur les premiers MOOC. A voir si cela perdure.

    J'aime

    • isabellequentin
      2 septembre 2014

      Bonjour Jean-Marie,
      Merci pour ton commentaire. je désespérais un peu que ce billet soit critiqué :-)

      Pour les travaux de Marilyne Rosselle, l’idée de réaliser une typologie à partir des activités proposées dans les MOOC me semble également pertinente et riche. Mais je continue de penser que d’avoir utilisé une typologie créée pour les formations hybrides « enferme » la réflexion. Une autre piste possible aurait été de réfléchir à une typologie spécifiquement adaptée aux MOOC et à leurs caractéristiques et ensuite de comparer les résultats avec ceux établis par le groupe Hy-Sup. En résumé, j’adorerais poursuivre cette discussion que je trouve très riche avec Marilyne et toi.

      J'aime

      • Jean-Marie Gilliot
        2 septembre 2014

        Comme quoi il ne faut jamais désespérer :-)
        Je continue à penser que l’approche de Hy-Sup est bonne. On y retrouve moult dimensions intéressantes. Mais il faut évidemment l’adapter.

        Au plaisir de continuer la discussion

        Aimé par 1 personne

  6. Pingback: Signets du jour (weekly) | ticechampagnole

  7. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | MOOC | Scoo...

  8. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | Culture et n...

  9. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | Veille inter...

  10. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | VeilleCp | ...

  11. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | Culture num&...

  12. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | MOOCs Massiv...

  13. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | TICE et p&ea...

  14. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | Technologies...

  15. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | Web & R&...

  16. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | Formation &a...

  17. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | E-pedagogie,...

  18. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | Formation en...

  19. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | La coop&eacu...

  20. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | Apprend-tice...

  21. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | "Innove...

  22. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | Applied ling...

  23. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | Ingén...

  24. Pingback: MOOC | Pearltrees

  25. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | FLE divers e...

  26. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | mOOC | Scoo...

  27. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | Formanews fr...

  28. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | web2Partner ...

  29. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | ASTUTICE EN ...

  30. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | E-Learning-I...

  31. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | Le blog des profs de l'Institut Français à Madrid

  32. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | Veille pour ...

  33. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | Outils et au...

  34. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | FORMATION CO...

  35. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | MOOC Francop...

  36. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | Le MOOC ReSO...

  37. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | Ressources p...

  38. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | Numér...

  39. Pingback: Critiques des typologies de MOOC | Numér...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 27 août 2014 par dans Uncategorized, et est taguée , .
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 860 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :